Projet: Ab-Ort, 2013

Kunst am Bau Wettbewerb Zeughaus Kulturzentrum, Sion, CH

Grâce à la réunion de la Médiathèque Valais, de différentes bibliothèques et des Archives cantonales, un nouveau centre pour la culture et la connaissance verra le jour à Sion. Cette réserve de documents – livres, images, films, documents précieux, informations – offrira un aperçu ordonné d’histoires. A mon sens, ce lieu racontera également l’aspiration des archivistes à refléter une époque dans tous ses détails et sous toutes ses facettes, comme si l’on voulait en faire une carte à l’échelle 1/1.

Les deux arsenaux dans leur ancienne affectation et le futur centre pour la culture et la connaissance ont quelque chose en commun: ce sont des lieux de rencontre dédiés au prêt d’objets pour une durée limitée. Dans les deux cas, il semblerait que quelque chose d’autre, de volatile, habite l’espace : des restes de rêves, engendrés par des fantaisies qui ne se sont ni réalisées ni matérialisées. Tel est, à mon avis, le moteur de notre aspiration commune à vouloir collecter et documenter.

Selon Kant, l’aspiration est un « désir vide ». Ce « désir vide » équivaut au temps qui sépare l’envie de l’appropriation de l’objet désiré. Ne s’agirait-il pas plutôt d’un désir qui se déverse? L’espace entre la convoitise et l’acquisition est pourtant fluide, et c’est uniquement au moment de l’appropriation que l’on parvient à un point fixe.

Idée de projet: «Ab-Ort – archives des désirs qui se déversent»

Les anciennes latrines se trouvent entre les deux arsenaux, vis-à-vis de la future cafétéria. Elles font partie de l’ensemble et sont classées monument historique – d’où ma mission : celle de transformer l’intérieur de ces latrines en un « cabinet de dessins – archives des désirs qui se déversent », comprenant une toilette pour hommes et une pour dames. La façade demeurera telle quelle, tandis que l’intérieur de ce «Ab-Ort

» sera entièrement restauré : éléments au design soigneusement choisi, sol indigo lisse comme un miroir, murs tapissés de dessins issus de mes archives intimes, d’histoires imaginaires et fictives.

Mes dessins racontent de petites histoires qui ne sont pas dignes d’être archivées. Flottant à quelque part entre la réalité et l’imaginaire, elles décrivent des aspirations liées à des moments qui ne sont pas encore arrivés ou qui ne sont déjà plus. En ce lieu, ce non lieu, ce «Ab-Ort», je souhaite montrer les possibilités d’une subversion poétique. Cet ensemble formé par la réunion de récits individuels sur la trame de la tapisserie fait naître de nouvelles histoires. L’observateur peut ainsi laisser libre cours à ses propres interprétations.

Chaque dessin entre en dialogue avec les autres, ce qui permet au visiteur de créer une méta-histoire, un récit bigarré et intuitif: ici, rien n’est archivé ni catalogué, mais tout se mélange, s’associe librement, invite à la fabulation.

Pour de nombreuses personnes stressées et affairées, le passage aux toilettes permet de se retirer un instant au cours d’une journée mouvementée. Nombreux sont ceux qui admettent ouvertement que, souvent, les bonnes idées leur viennent en ce lieu, propice aux prises de conscience. Je souhaite honorer cela par mon projet «Ab-Ort».

Description du projet

La maisonnette sera séparée en deux pièces carrées et équipée d’éléments au design soigné. Un seul objet occupera ces pièces : une cuvette de WC noire en forme d’œuf «Alessi-One». Les murs tapissés de dessins se reflèteront sur le sol et au plafond indigo, coulés en résine synthétique. Ces rares éléments donneront au lieu un caractère méditatif, une clarté esthétique. Un étroit couloir mènera d’une pièce à l’autre. Il sera séparé par un vitrage de protection en son milieu. Deux lavabos Duravit Alape WT noirs se feront face et permettront aux utilisateurs de se laver les mains tout en se rencontrant par hasard. Lorsque les toilettes seront utilisées le soir, une lampe LED allongée, installée sur le rebord de la fenêtre, illuminera les deux pièces simultanément. La maisonnette, avec ses deux pièces strictement identiques, deviendra, grâce à ces interventions, un objet d’art public.