Projet: Ambiguë, 2013

Kunst am Bau Wettbewerb Projekt (Art dans l’espace public) Intervention artistique à la nouvelle école de CO-Goubing

Introduction / Structure scolaire

Le Cycle d’Orientation de Goubing est fréquenté par des adolescents de 12 à 15 ans. Les sections d’enseignement germanophone et francophone disposent chacune d’une aile distincte du complexe scolaire. En guise de lien entre le nouveau bâtiment, dédié aux élèves germanophones, et la partie existante, une aula/salle de gymnastique a été construite. La cour de récréation, délimitée sur trois côtés, comporte deux plates-formes reliées en leur centre par quatre escaliers allongés. Un toit plat triangulaire en béton, reposant sur des piliers métalliques, offre de l’ombre et un couvert.

Le contexte institutionnel et les utilisateurs constituent les points de départ et les accents thématiques de mon projet.

Cadre institutionnel : A Goubing, le plurilinguisme se heurte à des barrières institutionnelles : les transitions fluides d’une langue à l’autre semblent impossibles à l’intérieur du cadre scolaire, mais revêtent une réalité toute différente dans la cour de récréation.

Utilisateurs : Les élèves sont en phase de puberté. Il s’agit d’une période de leur vie caractérisée par l’instabilité et l’incertitude, durant laquelle ils doivent faire face à une multitude de situations ambiguës. Comme l’écrivit en 1910 le psychiatre suisse Eugen Bleuler, « l’ambiguïté consiste en la coexistence de sentiments, de pensées et de comportements contradictoires. » Pour les élèves de cet âge, l’école est non seulement un lieu d’étude mais également un espace de rencontre où des alliances et des amitiés se créent et se défont – la cour de récréation revête dans ce cadre-là une importance centrale.

Grâce à ma sculpture en forme de boucle, je souhaite aménager dans la cour de récréation un espace scénique qui permette et favorise les échanges entre élèves sous de multiples formes et qui puisse également fonctionner comme support visuel et sonore dans le contexte d’événements en plein air (théâtre et musique).

Idée de projet

Introduction conceptuelle

Mon projet de sculpture – un ruban de Möbius de 30 m de long – entend réorganiser la cour de récréation. Sa surface est recouverte des deux côtés par du tartan vert, le même revêtement que l’on trouve sur les terrains de sport et de loisirs. La sculpture est autonome au niveau visuel et, grâce à sa présence esthétique, crée un dialogue avec la topographie et les éléments architecturaux environnants. Visible depuis la majorité des salles de classe ainsi que depuis l’aula aménagée sur le toit plat, elle brise par sa structure et sa couleur l’unité géométrique de la cour de récréation et vivifie les surfaces grises de la place et du toit en béton.

A propos du ruban de Möbius

En topologie, le ruban de Möbius est une structure bidimensionnelle qui possède une face et un bord uniques. Il n’est pas orientable, c.-à-d. qu’il est impossible de distinguer l’intérieur de l’extérieur, le dessus du dessous. Le ruban de Möbius incarne cette notion absurde de bilatéralité simultanée et est une abstraction de l’idée de « proximité ».

La sculpture doit offrir aux élèves et aux enseignants des possibilités d’interaction variées. Certaines parties verticales atteignent une hauteur de 1,6 m, tandis que les parties horizontales proches du sol ont 30 à 50 cm de haut. Se tortillant comme un serpent à travers la cour, cette installation permet de multiples usages : tantôt elle se veut siège ou chaise longue, tantôt simple surface d’appui, tandis que ses alcôves offrent des espaces d’échange et de dialogue plus intimes. A d’autres moments, elle peut même devenir motif ou support de jeux et d’exercice.

Les adolescents « animeront » cette sculpture à leur manière. Lors d’événements en plein air, elle délimitera l’espace scénique tandis que les escaliers se transformeront en tribunes. Ainsi, les surfaces verticales de la sculpture serviront de cadre à la performance artistique.

« Ambiguë » incarne l’alternance entre les principes d’infini et de répétition.